santé

    «(In)fertilité, parlons des solutions»: deux événements genevois répondent à vos questions

    Les 20 et 21 avril 2018, maFIV et Fertifreeze organisent une soirée d’informations et un forum intitulés «(In)fertilité, parlons des solutions». A l’occasion de cet agenda genevois, Adva Grundman, fondatrice de maFIV, nous parle de l’importance de traiter ces sujets, qui restent encore tabou. Aujourd’hui, un couple sur six rencontre des problèmes pour avoir un enfant. Interview.

    Publié le 
    13 Avril 2018
     par 
    Juliane Monnin

    FEMINA En quoi consistent ces deux premiers forums consacrés à l’infertilité?
    Adva Grundman La soirée du 20 avril est dédiée aux femmes et a pour objectif de discuter de la fertilité, la manière dont elle évolue, et sa préservation.

    La journée du 21 avril s’adresse aux couples souffrant d'infertilité et intéressés à en savoir plus sur les méthodes de PMA (procréation médicalement assistée).

    Quel est votre rôle dans ces rendez-vous?
    Je suis la fondatrice de maFIV et de Fertifreeze. J’ai créé cette entreprise de «Coach FIV» dans le but d’aider les couples et les femmes à appréhender les différents processus de PMA et à prendre des décisions de manière éclairée concernant leurs traitements. Je les soutiens, les accompagne et je les conseille durant leur parcours de FIV.

    La plupart des femmes n’ont pas conscience que la fertilité baisse assez drastiquement dès 35 ans. Fertifreeze a été créée dans le but de les informer sur l’infertilité liée à l’âge et au vieillissement. Le type d’infertilité que l’on peut prévenir!

    Quelles sont les pistes de solutions aujourd’hui pour «résoudre» l’infertilité?
    Avoir des enfants plus tôt ou congeler ses ovocytes augmentent les chances de concevoir. Les principales autres pistes sont d’améliorer son mode de vie en mangeant mieux, notamment en privilégiant des aliments «anti-inflammatoire» ou le régime méditerranéen (réputé pour stimuler la fertilité). D’ailleurs, d’ici l’été, nous proposerons à nos clients des programmes nutritionnels élaborés par une nutritionniste certifiée qui ont pour but d’améliorer la fertilité.

    Par ailleurs, les divers traitements de PMA permettent d’agir dans les cas d’infertilité. Nous accompagnons nos clients tout au long de ces différents parcours.

    Existe-t-il un pourcentage suisse de femmes qui ont recours à la congélation d’ovocytes?
    Il y deux raisons pour lesquelles les femmes ont recours à la congélation des ovocytes: raison médicale et raison sociales. En ce qui concerne la congélation pour raison médicale, certains chiffres devraient exister.

    En ce qui concerne le «social egg freezing», aucun chiffre n’est disponible puisque la majeure partie des femmes part à l’étranger. De plus, préserver sa fertilité reste encore très personnel et tabou.

    Ma lutte pour la FIV à l’étranger

    Quel est le «profil» de ces femmes?

    Contrairement aux idées reçues, la raison principale pour laquelle les femmes congèlent leurs ovocytes est l’absence de partenaire.

    Dans vos accompagnements, rencontrez-vous des femmes victimes d’endométriose?
    L'endométriose va malheureusement souvent de pair avec l’infertilité. La maladie impacte la fertilité de différentes manières: des douleurs lors des rapports qui sont ainsi moins fréquents; une inflammation chronique qui détériore la qualité des ovocytes et la destruction du stock d’ovules.

    La congélation des ovocytes est ainsi fortement conseillée lors de la découverte d’une endométriose lorsque la femme souhaite avoir des enfants dans le futur.

    J’ai voulu m’ouvrir le ventre avec un couteau pour que l’on prenne au sérieux ma douleur

    Comment découvre-t-on en général un problème d’infertilité?
    Dans la plupart des cas, les femmes prennent conscience de leur fertilité/infertilité lorsque la grossesse met du temps à venir. Il est bon de consulter après un an de rapports réguliers non protégés sans résultat.

    Quelles sont les thérapies ou méthodes pour prévenir des troubles psychologiques liés à l’infertilité pour la femme, pour le couple?
    De nombreux types de thérapies existent, qu’elles soient physiques ou psychologiques. Il est difficile pour les couples souvent déjà en détresse de faire le tri et de savoir à qui s’adresser. Nous sommes actuellement en train de travailler à la construction d’un réseau de partenaires professionnels, actifs et réputés dans le domaine de l’infertilité et nous proposerons sous peu l’accès à ce réseau.

    Selon vous, pourquoi la thématique de l’infertilité reste encore tabou aujourd’hui dans notre société?
    Ne pas réussir à concevoir peut-être vu comme un échec, une perte de contrôle de son «plan de vie». Nous pouvons néanmoins noter un progrès en faveur de la discussion et de l’échange sur les réseaux sociaux.

    Le sujet de la congélation des ovocytes reste encore très délicat puisque la société considère les femmes qui font ce choix comme des personnes carriéristes et égoïstes.

    Le mystère de l’infertilité masculine bientôt résolu?

    Existent-ils des espaces de discussions en Suisse pour échanger sur la thématique de l’infertilité?
    Des espaces dédiés à l’éducation, l’information et la prise de conscience autour des sujets de la fertilité et de l’infertilité manquent aujourd’hui. Créer un espace sécurisé dédié à la fertilité est une des missions que se sont données maFIV et Fertifreeze.

    La Suisse est assez en retard en matière de procréation médicalement assistée et il y a encore beaucoup à faire.

    Jusqu’à septembre dernier, certaines techniques importantes de FIV telles que la congélation des embryons et le diagnostique préimplantatoire (DPI) étaient interdits en Suisse. Heureusement, elles sont maintenant disponibles, mais le pays doit encore rattraper son retard en matière de savoir faire et d’expérience. Le don d’ovocytes, seul moyen possible pour certains couples afin de concevoir un enfant, reste toujours interdit. Ils sont ainsi obligés de se tourner vers l’étranger et c’est justement à ce moment qu’un soutien tel que celui proposé par maFIV s’avère encore plus important.

    «(In)fertilité, parlons des solutions», programme complet, inscriptions sur le site Fertifreeze et maFIV
    Publié le 20 et 21 avril 2018
    Lieu: Le Cénacle, Prom. Charles-Martin 17, 1208 Genève
     

     

     

     

    A lire également
    Le taux de décès liés au sida inquièt: de 2,9 pour 100 000 habitants au Chili, il est le triple de la moyenne mondiale.
    O
    Le 12 avril 2018, la revue française «60 millions de consommateurs» s'attaque à l'industrie agroalimentaire.
    O
    Sexo
    Interview et conseils pour adopter cette contraception naturelle 100% fiable.
    O
    Témoignages
    Je suis maman grâce à une fécondation in vitro effectuée en République tchèque.
    O
    Sexo
    Pourquoi, en matière de contrôle de sa fertilité, l'homme ne pourrait-il pas être une femme comme les autres?
    O
    dent-de-lion se fanant
    Santé
    Comme une atteinte à leur virilité, nombre d’hommes font de leur infertilité un tabou.
    O
    Laetitia Milot enceinte test grossesse Instagram Badri
    Famille
    Et l’actrice française envoie ainsi un message rempli d’espoir à toutes les femmes souffrant d’endométriose.
    O
    En Suisse
    La saison des verrées sous le soleil est là. Petit tour d’horizon de bars et restaurants insolites.
    O
    En Suisse
    Voici notre sélection de resturants pour manger de bons filets.
    O
    En Suisse
    La Suisse est entrée dans l’ère des coffee shops! Tour d’horizon romand d’un véritable phénomène de société.
    O