news société

    Barbara Miller: «Pour les hommes, contrôler le corps des femmes, c’est contrôler le futur»

    Dans «Female pleasure», la réalisatrice suisse Barbara Miller examine les rapports conflictuels entre les grandes religions et le corps féminin. Un désamour qui se ressent toujours en 2019.

    Publié le 
    19 Mars 2019
     par 
    Nicolas Poinsot

    Femina En suivant le parcours de cinq femmes de divers horizons, vous dépeignez un tableau glaçant, celui de traditions, d’un bout à l’autre du globe, qui ont pour point commun l’obsession du contrôle du corps féminin.
    Barbara Miller
     A l’origine de ce film, il y avait cette interrogation: comment les femmes du XXIe siècle, qui nous paraît si moderne et progressiste, vivent-elles leur intimité? Si on regarde l’histoire des derniers millénaires, on s’aperçoit en effet que les cultures ont très souvent diabolisé le corps féminin.

    J’ai été stupéfaite de découvrir que dans les cinq grandes religions planétaires, en 2019, il y a encore largement cette idée que la femme apporte le mal au monde! Si les hommes sont à l’image de Dieu, les femmes, elles, sont des choses sans valeur, qui doivent se laisser contrôler, modeler, au gré des volontés masculines.

    Quelles sont les conséquences de ces traditions?
    Une majorité de femmes dans le monde ne connaissent pas une sexualité conjuguée au plaisir, au libre choix de la personne avec qui elles font l’amour, avec qui elles vivent. Au lieu de cela, elles entretiennent un sentiment de honte et de culpabilité à l’égard de leur corps et de leur anatomie, présentés comme dégoûtants, impurs.

    On aurait pourtant tendance à penser que dans nos démocraties modernes, moins pieuses, on a un peu bousculé l’ordre divin?
    Si la situation semble plus enviable dans les pays occidentaux, où les religions ont perdu en influence, où la sexologie moderne a permis de libérer la parole, il ne faut pas se laisser leurrer. Malgré les progrès réalisés, nombre de femmes sont encore prisonnières de tels schémas. En Suisse, par exemple, les enquêtes montrent que la plupart des femmes simulent l’orgasme, n’osant pas dire ce qu’elles veulent vraiment.

    Anorgasmie: quelles solutions pour (re)trouver du plaisir?

    En réalité, les structures de pensées se transmettent des religions aux institutions, et continuent d’influencer fortement les mentalités, même dans un environnement laïque. Face à une femme qui se dit victime de violence sexuelle, on va d’abord se demander si elle n’est pas un peu coupable de la situation.

    Quant à la pornographie, omniprésente sur le web, elle perpétue le besoin de domination du corps féminin, alors qu’on est loin de tout cadre religieux a priori. Il suffit de regarder les réseaux sociaux. Instagram, Facebook, véhiculent toujours de manière globale cet impératif pour une femme d’être gentille, jolie, formatée pour le désir masculin. Les corps féminins sont par nature imparfaits, il leur faut sans cesse s’améliorer par la chirurgie, les poses, les vêtements, pour espérer être acceptés par la société.

    D’où vient, selon vous, cette obsession séculaire de posséder et encadrer les corps féminins?

    Nombre de religions et de cadres traditionnels ont peur de la sexualité, car c’est l’expression humaine du désir d’être libre et d’exister physiquement. L’occulter comme possible divertissement, c’est avoir le pouvoir sur les femmes, donc le pouvoir sur les enfants. Pour les hommes, contrôler le corps des femmes, c’est contrôler le futur. Ces considérations n’ont rien à voir avec la foi, il n’y a rien de spirituel là-dedans, ce sont les mécanismes d’institutions pensées et administrées par des hommes.

    Des USA à la Pologne, en passant par la Hongrie ou le Brésil, les discours conservateurs concernant les femmes sont de plus en plus décomplexés et relayés. Êtes-vous inquiète?J’ai envie de dire oui et non, car j’observe deux tendances opposées à l’échelle de la planète. D’un côté, effectivement, beaucoup de nouvelles figures politiques, ancrées très à droite, cherchent à ralentir la progression des droits des femmes, voire à les faire reculer. Cela s’accompagne d’une montée du fondamentalisme dans nombre de grandes religions.

    On en arrive à des conditions féminines qui s’avèrent plus difficiles qu’autrefois. Les femmes pakistanaises, afghanes ou irakiennes, dans les années 60 ou 70, avaient plus de libertés. Néanmoins, je vois aussi de plus en plus de femmes qui ont le courage de briser les tabous, jusque dans les pays où l’idée de plus grande liberté pour les citoyennes est loin d’être audible. Certaines risquent véritablement leur vie dans ces conditions.

    Femmes pionnières: Christine de Pizan, la liberté au bout de la plume

    Je pense que pour toutes ces femmes qui militent, protestent, il y a ce sentiment qu’il y en a assez d’avoir honte de son corps, assez d’être cataloguées comme naturellement inférieures aux hommes. Auparavant, on n’en voyait pas autant dire non. Sans oublier que des hommes partagent ce combat, conscients que la seule chose qui fonctionne, c’est l’égalité des sexes. Ils montrent qu’on peut aller de l’avant ensemble, et pas en s’érigeant contre un genre ou un autre.

    Certaines féministes refusent de voir leur combat rejoint par des hommes. Vous n’approuvez pas?
    Je vois beaucoup d’hommes qui n’acceptent pas d’être identifiés au modèle d’un Donald Trump, à une masculinité irrespectueuse et dominatrice. Et puis, j’ai réalisé que les idées patriarcales sont aussi bien ancrées dans la tête d’un grand nombre de femmes, au point qu’elles légitiment de telles valeurs et vont jusqu’à les défendre.

    Dans le cas de la coutume de l’excision, par exemple, ce sont ainsi souvent des femmes qui pratiquent et souhaitent voir continuer ces opérations. Elles pensent juste bien faire pour que leurs filles s’intègrent dans la société, sans forcément se rendre compte de ce qu’une telle intervention provoque. Certaines ne savent pas que les douleurs qu’elles ressentent au cours de leur vie viennent de là.

    Dans votre film, une reconstitution d’excision sur une vulve en pâte à modeler, dont on coupe le clitoris et les lèvres avec une cisaille, semble d’ailleurs choquer les spectateurs masculins comme féminins. Comme s’ils n’avaient jamais voulu voir ce que cela représentait concrètement…
    Oui, et ce qui m’a choqué également, c’est que l’excision soit encore largement considérée comme un acte normal. Pourtant, à cause de ça, 200 millions de filles dans le monde ont perdu la chance d’avoir une sexualité agréable.

    Beaucoup de femmes me disent que si la tradition consistait à couper le pénis des garçons, cela fait bien longtemps que les politiques de tous les pays se seraient élevés avec force contre une telle abomination et l’auraient interdite! Il a même fallu attendre cette année, pas avant, pour que le Tribunal fédéral condamne enfin une mère qui avait emmené sa fille à l’étranger pour lui faire subir une excision.

    «Female pleasure», plaidoyer pour elles

    Cinq femmes, cinq pays, cinq cultures, mais une même expérience: leur corps est sous la tutelle des hommes. En suivant le parcours d’une artiste japonaise censurée, d’une psychothérapeute luttant contre l’excision, d’une religieuse allemande ou encore d’une Indienne militant pour l’accès des femmes au plaisir, la réalisatrice suisse Barbara Miller brosse un dérangeant tableau. Celui d’une condition féminine mondiale toujours régie par les schémas patriarcaux.

    Female Pleasure, un documentaire de Barbara Miller, dans les salles de Suisse romande depuis le 13 mars 2019.

     

    A lire également
    Michelle Bachelet à l'ONU
    Haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme depuis l’automne, l’ex-présidente du Chili ose se fâcher avec les pays dits «irréprochables».
    O
    Une étude suisse révèle qu’on trouve de plus en plus l’âme sœur dans sa catégorie de revenus.
    O
    Sexo
    Comment accéder à cet état de transe, seule ou à deux? Camelia Sutra, notre experte ès sexualité, vous éclaire.
    O
    Sexo
    Camélia Sutra répond à Mylène, qui s'inquiète de ne pas parvenir à atteindre le septième ciel durant ses rapports.
    O
    plaque chocolat noir
    En Suisse
    Dégustations, ateliers, festivals... De quoi satisfaire tous les gourmands!
    O
    En Suisse
    Ce printemps nous réserve de belles surprises, pour sortir en douceur de l'hibernation.
    O
    News loisirs
    Pour inviter le soleil dans notre assiette, en découvrant des saveurs venues des quatre coins du monde!
    O