culture

    Cinéma: Neo, l'élu de la matrice (aka Keanu Reeves) souffle ses 20 bougies

    Il y a 20 ans sortait la trilogie «Matrix» des sœurs Wachowski. Et le long métrage a profondément bouleversé les codes cinématographiques de science-fiction.

    Publié le 
    8 Avril 2019
     par 
    Julien Pidoux

    C’est qui?

    «Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans  le monde.»

    En 1999, un certain Thomas A. Anderson, incarné par Keanu Reeves, se pose quelques questions sur le sens de la vie. Son univers s’effondre même définitivement lorsqu’il réalise que l’humanité est victime d’une hallucination collective induite par des machines: comme tout le monde, il est en vérité connecté à une énorme matrice artificielle. Heureusement, avec l’aide de Trinity et Morpheus, Thomas devient Neo, l’élu censé libérer les hommes du joug robotique, incarné par le glaçant Agent Smith. Keanu, que l’on avait commencé à aimer dans «Point Break» en 1991, nous fait à nouveau chavirer. 

    Pourquoi on en parle?

    Il y a 20 ans, les frères Wachowski, devenus depuis  les sœurs Wachowski (à qui on doit aussi notamment  la très remarquée série «Sense8», sur Netflix), interrogeaient notre société en voie de numérisation. Car oui, aussi étrange que cela puisse paraître, l’ordinateur portable était alors encore un luxe et les réseaux sociaux n’existaient tout bonnement pas.

    Laurence et Andrew (devenus Lana et Lilly) abordaient malgré tout déjà la thématique d’une intelligence artificielle qui pète une durite. Un peu comme «Terminator», en somme, mais en finesse et avec un questionnement métaphysique qui donne encore des sueurs froides aujourd’hui. Vous prendrez votre Tesla avec ou sans âme?

    Suisse romande: 10 festivals printaniers pour nous aider à attendre l'été

    Qu’est-ce que les autres en disent?

    Avec deux décennies de recul, des tentatives de décryptages diverses et variées essaient de donner un sens à cette trilogie.

    Certains y voient les prémices des interrogations sur le genre des sœurs Wachowski: les tenues et les noms des personnages sont unisexes, jusqu’à la pilule rouge que Keanu avale, symbole des hormones qu’il faut ingérer pour changer de sexe. Pour d’autres, Matrix aurait surtout popularisé les théories du complot. Ainsi, le passeport de Thomas Anderson, que l’on aperçoit brièvement à l’écran, échoit le 11 septembre 2001. Etrange coïncidence…

    Un héritage stylé

    Lunettes ultrafines, combinaisons unisexes, longs manteaux en cuir, vêtements recyclés… deux décennies plus tard, l’effet Matrix se fait encore sentir dans les Fashion Weeks.

    A lire également
    Une dose TRÈS attendue de dragons chez «Game of Thrones»... mais pas que!
    O
    riverdale saison 3
    News loisirs
    La nouvelle est désormais confirmée! Vous avez deviné de quelle star il s’agissait?
    O
    Cuisine
    «Est-ce que cette branche de céleri m'apporte de la joie..?»
    O
    En Suisse
    Avec la voûte céleste comme décor, les rooftops nous font prendre de l’altitude et, quand le lac s’invite au spectacle, on frise le septième ciel!
    O
    Cuisine
    Dans les Grisons, une ferme salmonicole durable offre un poisson de qualité qui se retrouve sur la table des restaurants.
    O